Sarlat, destination de choix pour une escapade culturelle

La qualité de l’accueil ainsi que les nombreux choix en matière d’hébergement font partie des aspects qui caractérisent les « plus beaux détours de France », dont Sarlat fait partie. Ces petites villes touristiques – en l’occurrence compte une dizaine de milliers d’habitants – s’apprécient par ailleurs pour leur identité et leur tradition gastronomique, indique le site Plusbeauxdetours.com. Mais l’accent est surtout mis sur la valorisation du patrimoine. Sarlat n’est en effet pas uniquement réputé pour sa forte concentration de monuments historiques, mais surtout parce que ceux-ci sont parfaitement restaurés. Les efforts accomplis depuis des décennies dans ce sens ont d’ailleurs valu à Sarlat d’être labellisé « ville d’art et d’Histoire ». Focus sur la destination la plus visitée de la Dordogne.

Comment visiter Sarlat ?

Les monuments historiques sarladais se découvrent essentiellement à pied. Les visiteurs prennent d’ailleurs plaisir à déambuler dans les ruelles étroites et tortueuses du quartier historique, dont certaines mènent vers des sites emblématiques comme la place de la Liberté, avec son marché couvert, ses terrasses de café ou l’hôtel de ville situé à deux pas. Certaines personnes passent une heure ou deux dans le centre historique, et c’est amplement suffisant pour admirer, entre autres charmes médiévaux, les différents styles de façades des édifices religieux, les styles architecturaux des manoirs ou des châteaux…

Au fond, arpenter à pied les ruelles sarladaises permet d’en apprécier l’authenticité ; en même temps, il s’agit d’un moyen fort peu onéreux de découvrir la cité médiévale, permettant ainsi de maîtriser son budget de séjour, tout comme lorsqu’on choisit de séjourner dans un hôtel demi-pension Sarlat proche du centre ou qu’on privilégie les transports en commun pour la visite des environs de la ville…

La balade dans Sarlat peut être digestive, mais peut aussi se faire dans le cadre d’une visite guidée. Cette option présente au moins deux avantages majeurs. D’abord, c’est l’occasion rêvée pour mieux connaître, et en détail, l’Histoire et la culture de Sarlat mais surtout de la région. Le guide conférencier, au fil du parcours, à l’angle des ruelles tortueuses du centre historique, alors que les visiteurs admirent et prennent des photos des édifices religieux ou des demeures d’antan, explique des faits historiques, glisse des anecdotes savoureuses, présente certaines figures éminentes…

La visite guidée permet par ailleurs de gagner du temps. Le centre historique comprend à lui seul plus d’une soixantaine de monuments historiques. Aussi est-il nécessaire de faire appel à un fin connaisseur du secteur sauvegardé pour ne pas manquer les monuments et sites qui font la renommée (mondiale) de la cité médiévale.

Rappelons au demeurant que des visites guidées nocturnes sont organisées pratiquement tous les jours, à partir de 22 heures. La nuit, les visiteurs s’émeuvent du décor envoûtant que forment les ruelles et les bâtisses anciennes, éclairées par des becs au gaz, mis en place lors de la restauration des espaces publics, dans le cadre du plan de sauvegarde, en application de la loi Malraux.

Sarlat, « ville d’art et d’Histoire »

Rappelons d’abord que l’attribution du label « ville et pays d’art et d’Histoire » (VPah) implique « un réel engagement politique [ayant pour finalité de] faire de la culture, de l’architecture et du patrimoine un projet local de développement », peut-on lire sur le site du ministère de la culture, Culture.gouv.fr, qui exige par ailleurs que toute collectivité candidate au label s’engage « dans une démarche active de connaissance, de conservation, de médiation et de soutien à la qualité architecturale et du cadre de vie ».

Les projets de sauvegarde du patrimoine architectural ont commencé à Sarlat dès les années 1950, les premiers travaux ayant permis entre autres la réalisation en décor naturel des représentations du festival des Jeux du Théâtre, créé en 1952.

La première campagne se concentre sur le noyau historique, protégé depuis 1964 par la loi Malraux, pour lequel est plan de sauvegarde est mis en œuvre. Ce projet de réhabilitation concerne un périmètre de 1.75 hectare – le « premier îlot opérationnel » –, correspondant à « la partie la plus peuplée et la plus dense en monuments historiques », indique le site Vpah-nouvelle-aquitaine.org, le site Internet du réseau des VPah en Nouvelle-Aquitaine.

La restauration du ce premier îlot se poursuit jusque dans les années 1970. La ville entame de nouveaux projets à partir des années 1990. Par la suite, d’autres projets voient le jour, notamment la réhabilitation des espaces publics (installation de nouveaux éclairages, rénovation du pavement et des réseaux) et des immeubles.

Visiter autour de Sarlat

Les environs de Sarlat comptent aussi de nombreux sites et monuments historiques qui attirent de nombreux visiteurs. Ce n’est guère étonnant que certains hôtels – dont plusieurs lieux de séminaires – fassent le choix de s’implanter un peu en retrait par rapport à la cité médiévale, d’autant que cela permet d’offrir à la clientèle un décor de campagne des plus paisibles.

Les visiteurs ont en tout cas l’opportunité plusieurs vestiges historiques, dont notamment des châteaux dans la vallée de Dordogne, comme ceux des Milandes, de Puymartin, de Campagnac-l’Evêque, de Castelnaud-la-Chapelle ou de Marqueyssac. C’est aussi l’occasion rêvée de découvrir les « plus beaux villages de France » dans la région : Autoire, Carennac, Collonges-la-Rouge, Curemonte, Beynac ou encore Loubressac.